•  

     

       C’est plus de 200 illustrateurs de bande dessinée qui ont participé aux différentes éditions du salon de la BD d’Auvers-sur-Oise.

     

     

     

     Lucien de gieter

     Lucien De Gieter fait ses débuts dans la bande dessinée en tant que scénariste de mini-récits pour SPIROU, en 1961

     Il collabore avec Peyo à l'encrage des "Schtroumpfs" et assure pendant quelque temps la reprise des mini-gags de son chat "Poussy".

     Mais c'est avec "Tooot et Puit", un jeune pêcheur nippon et une sirène, qu'il s'assure une réputation d'auteur complet.

     En 1974, les premières planches de "Papyrus" voient le jour dans SPIROU. Cette saga égyptienne se transforme vite en classique, dont le succès permet même à son auteur de visiter enfin longuement et à plusieurs reprises le pays dont il s'inspire.

     Sous le titre révélateur des "Aventures merveilleuses de Papyrus", ces albums racontent les tribulations du jeune pêcheur Papyrus et de la princesse Théti-Chéri, fille du Pharaon Merenptha, dans une reconstitution de plus en plus précise de l'Égypte ancienne (XIXe dynastie). La minutieuse documentation de cette série servira de référence à de nombreux professeurs d'histoire et créera bien des vocations d'égyptologue chez les jeunes lecteurs. Le personnage et son univers se voient désormais prolongés par des dessins animés, des ouvrages illustrés pour la jeunesse et des jeux électroniques éducatifs.

       

    Frank Margerin

      BD, Copains et Rock ‘roll...

     C’est au sein du magazine Métal Hurlant que Frank Margerin Le numéro six de la revue accueille ses premières planches, Simone et Léon. Il se cherche encore, hésite entre la science-fiction Henri II et le néo-réalisme meulière-charentaise

     Et très vite on retrouve des dessins de Frank partout : il mutliplie les pochettes de vinyles, affiches de films, concerts, festivals, illustrations publicitaires, etc. Son graphisme est omniprésent, sa "patte" devenue incontournable marque son époque.

     Mais de cette prolixité l'histoire retiendra avant tout son personnage-fétiche, Lucien, la banane la plus célèbre de la bédé, rockeur rigolard emblématique des années 80.

     Parallèlement, Margerin se lance dans le dessin animé. Les Aventures de l'insupportable Manu sont diffusées sur la 5 puis sur Antenne 2, avant de devenir trois albums de vraie BD aux Humanos.

     Margerin est couronné Grand Prix de la ville d'Angoulême, dont il devient automatiquement président l'année suivante. Un crû dont on se souvient encore avec un vague mal de tête.

     Sortie de Ricky chez les Ricains, un projet quasi-mythique, le voyage longtemps reporté de la bande à Lucien aux États-Unis, terre des Cadillac, du Rockn'roll et du hamburger mou.

     En novembre, une nouvelle série "Shirley et Dino", inspirée par le couple d'humoristes.

     Par la suite Frank Margerin quitte les humanos et débarque dans le mensuel d'humour Fluide Glacial, magazine créé le 1er avril 1975 par Marcel Gotlib et Jacques Diament.

     

    Eddy Paape

      Notre salon à accueillit le doyen de la bande dessinée franco-belge qui nous a quitté dans la nuit de samedi 12 mai 2012. Le dessinateur allait sur ses 92 ans, mais connaissait des soucis de santé depuis quelques mois. Son talent avait été enfin reconnu dernièrement avec une grande exposition rétrospective à Bruxelles, une monographie parue au Lombard et la réédition en intégrale de la série Luc Orient.

     Pendant 20 ans, Eddy Paape a aussi enseigné la bande dessinée à l’Institut Saint-Luc et à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Gilles à Bruxelles. Il a notamment contribué à la formation de grands dessinateurs actuels comme Andreas, Philippe Berthet, Antonio Cossu, Daniel Desorgher,  Dugomier, Godi, Olivier Grenson, François Schuiten, Philippe Wurm,... En 2008, Seed Factory avait accueilli une belle exposition rétrospective à Bruxelles sur cet auteur d’exception toujours prêt à transmettre son savoir acquis au cours de sa très longue carrière.

     

     Arnaud dousse
     
    Nous avons reçu le plus jeune illustrateur, c’est à 8 ½ ans qu’Arnaud sort sa première Bande dessinée «Maxnaud & compagnie». Ce passionnée de dessin et de BD vous emmène dans son univers où les personnages sont aussi drôles qu’originaux. Comme Obélix est tombé dans le chaudron de potion magique, Arnaud a plongé dans le monde du dessin dès l'âge de 4 ans, tout en essayant de recopier les dessins animés qu’il regardait à la télé. Lorsqu’il a su lire, il s'est passionné pour les bandes dessinées en commençant par les incontournables «Titeuf» et les autres albums de la bande à Tchô !


     
    Kiko

      KIKO, C'est comme cela qu'on l'appelait enfant; Roger Camille, né en 1936 à Héliopolis dans l'Égypte d'un autre temps…

     Nous apprenons avec tristesse la disparition du dessinateur belge Kiko, le créateur de Foufi, le facétieux gamin qui avait introduit quelques images de l’atmosphère des Mille et Une Nuits dans le Journal de Spirou, série qu’il continuera sporadiquement jusqu’en 1979 avant de se consacrer au dessin publicitaire, notamment pour les glaces Motta.

     Nous avons le souvenir d’un homme jovial à l’image de son dessin : rond, souriant et éminemment sympathique.

     

      Dikeuss

      Auteur, dessinateur, éditeur indépendant, Kristijan Cvejic, alias DIKEUSS, a galéré plusieurs années dans l’univers impitoyable de la BD avant de trouver un soutien inattendu en la personne de Luc Besson. De courriers en coups de fil, le discours du jeune homme séduit le réalisateur du 5ème élément, qui décide de prendre des parts dans Septième Choc via sa propre maison d’édition, Intervista.

     

    Vittorio léonardo

      Vittorio Leonardo fait une rencontre historique : Lucky Luke et Jolly Jumper, tous frais créés par Morris dans l’Almanach Spirou 47 !

     Plus tard, après des montagnes d’études au fusain, de dessins d’après modèle, de peintures à l’huile, Vittorio Leonardo se tourne définitivement vers la bande dessinée, qu’il peaufine longtemps le soir, après avoir colorié toute la journée les planches de Lucky Luke, Gaston, des Schtroumpfs, Boule et Bill, Jerry Spring, Gil Jourdan, on en passe, mais pas des meilleures !

     Un jour, en visite à l’atelier de gravure-coloriage, Morris lui-même s’arrête devant quelques gags épinglés sur un panneau, qui représentaient les confrères de Leonardo caricaturés par lui.. quelques minutes après, c’est l’échange d’adresses et le début d’une nouvelle ère pour Leonardo !

     Aidé par Morris, mais aussi par Franquin, Peyo et Remacle, Leonardo présente en 1968 une histoire originale : Barbotine, qui lui vaut une entrée immédiate au journal de Spirou. Après la reprise de Hultrasson, la création de Superdog, de Bardolino, de divers scénarios (parmi lesquels une histoire de Boule et Bill pour Roba), Vittorio Leonardo entame avec bonheur, au sein de Lucky Productions, une série de gags de Rantanplan, publiés chaque semaine dans Télé Star depuis 1993, gags auxquels sont venus s’ajouter les albums : Les Cerveaux, Bêtisier 4, puis Le Grand Voyage, tous les trois sur scénario de Bob de Groot.

     Précis, minutieux, perfectionniste, cet écrivain de la BD a choisi de peaufiner lentement une oeuvre qui, si elle ne se présentait sous forme de cases, tiendrait du roman. Des romans denses, riches en personnages vrais jusqu’à la qualité de leur regard.

     

    Bed Deum

     Né en 1960, Beb Deum fait des études d'arts appliqués à Paris.

     Il débute dans la revue Métal Hurlant et publiera plusieurs albums aux Humanoïdes Associés dont "Surgir de l'onde, entrer dans l'ombre", "Région étrangère" avec Jean-Pierre Dionnet, "L'album, Bürocratika".

     Les éditions Albin Michel publieront, en 1992, "Ma vie est un bouquet de violettes", réalisé avec le même Dionnet.

     Publication au Japon de La Théorie des Dominos (édité en France l'année suivante). Comme une dizaine d'autres dessinateurs européens, Beb Deum a été choisi par Kodansha, l'un des gros éditeurs japonais, pour donner un coup de jeune exotique à l'industrie du manga.

     

    Fructus
     
    Élève de l'École Emile Cohl à Lyon, Nicolas Fructus a développé son talent créatif dans le domaine des jeux vidéos et des dessins animés au contact de personnalités telles que Moebius, ou encore Philippe Druillet.

      Promu directeur artistique de la société Arxel Tribe, il abandonne toutefois le joystick pour écrire Thorinth, une série en 5 tomes. Le fou sans nom, premier de la série Thorinth, paraît en novembre 2001 aux Humanoïdes Associés. C'est sa première réalisation en bande dessinée.